skip to Main Content

Photo-thérapie

J’ai toujours aimé écrire et paradoxalement communiquer a toujours été difficile.

Ces derniers mois, j’ai traversé une crise spirituelle, et c’était difficile de verbaliser le maelstrom en moi.
Et la photo m’a aidé. Je dois d’une part remercier mes amies, car sans des amies extraordinaires je n’aurais probablement pas shooté. Et le fait est que mes sessions m’ont appris sur moi même.

Ajoutons que faire des autoportraits est un exercice exigent et parfois aide à aller chercher au fond de soi même. L’exercice est encore plus difficile quand vous embarquez quelqu’un avec vous, pour caler les univers et émotions. Mais c’est aussi là que s’opère la magie, avec la rencontre.

En effet. C’est très intéressant, car sachant où nous allions, je savais où je voulais shooter, j’ai demandé au modèle de prendre spécifiquement cette chemise de grand-mère, et j’ai pris moi même tenue et accessoires. Pour diverses raisons, j’ai pris son pied dans ma main.


J’ai trouvé qu’il y avait énormément de tendresse dans ce geste. Après coup on m’a demandé si je m’étais inspiré de de la Tour, pour cette ambiance lumineuse à la bougie :


Madeleine au miroir, Georges de la Tour

Et bien, non, probablement pas. Disons que c’est difficile à dire. Mon imaginaire provient de la peinture, des gravures, et du vieux cinéma principalement, et un peu des vieilles photos. Et techniquement nous avons tenté plusieurs choses, mais, nous étions dans une scène comme des images de récit du XIXème que je lisais adolescent, et ils s’éclairaient à la bougie. Et c’est là que la magie a opéré. Cela a changé l’atmosphère.

Mais c’est après coup, que je me suis rendu compte, en regardant les photos, que je réglais les conflits et peines de mon inconscient, sur l’Amour, la tendresse, le fait d’être là pour l’autre même dans les moments difficiles. Pour moi, dans cette pièce, le militaire va partir et tous deux savent qu’il va mourir (et cela fait écho à des cauchemars de ces derniers mois), cela renforce l’intensité de leurs émotions, et au lieu de pleurer l’inévitable, ils célébreront l’Amour durant leur nuit.


Exif 1/4 sec, f4, Iso 1600

Pour les personnes qui sont moins intéressées par mes petites histoires que par la technique. Je suis passé chez Fuji (XT2) pour des raisons de poids et encombrement, et c’est important, du plaisir du boitier avec ses réglages manuels. Et j’en suis très content. Bien sûr dans des situations un peu extrêmes en terme de lumière, ici ce contre-jour et pièce très mal éclairée, on regrettera peut être un plein format, mais je trouve vraiment que cet appareil se défend avec des bonnes optiques, ici le 23mm f2.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top